• Info
  • Toggle gyroscope controls
  • Tiny planet view
  • Sound on/off
  • Edit
  • Virtual reality
  • Fullscreen
  • Unlisted
    Private
    Featured
  • A nous la Basilique
    PRO
  • Like
    Share
    Add to tour
  • Hotspots, custom images and audio can be shared publicly only with Kuula PRO. Learn more

  • 3D

    Facade - Portail principal

      Close
      Narthex - massif oc... Facade - place vic...

      Que représente la parabole des Vierges sages et des Vierges folles sculptée sur les piédroits de chaque côté des portes de la basilique ? La parabole des Vierges sages et des Vierges folles est une parabole de l’Evangile selon Matthieu (25, 1-13) qui se trouve juste avant le texte sur le Jugement dernier. Elle est un appel du Christ à suivre les principes de la fidélité à sa parole pour gagner le Paradis plutôt que l’Enfer. La représentation de cette parabole est le plus souvent associée au Jugement dernier, comme ici : les dix jeunes filles représentent l’humanité que Dieu jugera à la fin des temps. Les Vierges sages symbolisent celles et ceux qui iront au Paradis et les Vierges folles, en enfer. Sur le piédroit, à gauche des portes (à la droite du Christ), cinq Vierges sages tiennent leurs lampes à huile, droites. Elles ont suffisamment d'huile dans leurs lampes qui pourront ainsi être allumées. Elles se sont donc symboliquement préparées pendant leur vie. La cinquième Vierge se trouve à l’angle du tympan, main ouverte en un geste d’accueil vers le Paradis, qui est représenté sur la première voussure. Sur le piédroit, à droite des portes (à la gauche du Christ), cinq Vierges folles tiennent leurs lampes à huile renversées. Elles n'ont plus d'huile, elles ne pourront donc pas allumer leurs lampes. Elles ne se sont donc pas préparées symboliquement durant leur vie pour accéder au Royaume des Cieux. La cinquième Vierge folle se trouve dans le coin droit du tympan, devant une Porte fermée. Elle n'ira pas au Paradis. Elle est proche de l’Enfer représenté dans la première voussure.

      Voici un extrait de la parabole des dix Vierges du texte de saint Matthieu (25, 1-13) Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d’huile avec elles ; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l’huile dans des vases. Comme l’époux tardait, toutes s’assoupirent et s’endormirent. Au milieu de la nuit, on cria : Voici l’époux, allez à sa rencontre ! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages : donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent. Les sages répondirent : Non ; il n’y en aurait pas assez pour nous et pour vous ; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva ; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent : Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit : Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure ».

      Facade portail-droi...

      En quoi ce portail central est-il novateur ? Ce portail représente une combinaison nouvelle et très complexe d'éléments plus traditionnels. Un lien inhabituel existe entre les thèmes des vantaux du portail, Passion et Résurrection et celui du tympan, le Jugement dernier, associé sur les piédroits à la parabole des Vierges Sages et Folles. Cette présentation peut être mise en relation avec la liturgie de l’abbaye au XIIe siècle. En effet, le jour de la Saint-Denis, le 9 octobre, on lisait des textes des Evangiles et de l’Apocalypse en les associant à un passage des Actes des Apôtres (17, 22-34) dans lequel saint Paul, qui prêche à Athènes au Ier siècle, convertit Denys l’Aréopagite. Ce Denys athénien du Ier siècle, qui était considéré par les moines comme le même que le saint Denis du IIIe siècle enterré dans l’abbaye.., affirme avoir assisté, avant sa conversion, à une éclipse de soleil le jour même de la mort du Christ ! Il est ainsi question sur ce portail de lumière, un thème central dans l’abbaye, de forces surnaturelles et de la fin des temps ! La Passion du Christ sculpté sur les vantaux et le Jugement dernier présenté sur le tympan ont lieu en présence symbolique de saint Denis, qui est ici au centre de tout, et qui figurait alors en statue colonne sur le trumeau, un pilier qui séparait le portail en deux. Sur les portails les textes inscrits par Suger, et que vous pourrez écouter ensuite, incitent à une lecture du bas vers le haut, d’une manière anagogique, dit le texte de l’abbé, c’est-à-dire du sens littéral vers le sens spirituel ou mystique.